Sélectionner une page

« La fin du monde approche… et c’est une bonne nouvelle ». Le titre de couverture du dernier Courrier International m’a immédiatement interpellé. Est-ce l’esprit de « l’erreur est un cadeau » ? Une approche de Posture Positive ?

En fait, pour David Wallace-Wells, journaliste spécialisé dans le climat, la bonne nouvelle c’est que le monde commence à avoir peur. Pour lui, seule la peur a le pouvoir de nous faire enfin bouger. Et pan ! Encore une baffe dans le nez de ceux qui pensent que les gens sont rationnels et que la raison nous fait progresser. Les spécialistes du cerveau le répètent depuis des années : ce sont d’abord nos émotions qui nous font agir.

OK. Et pourtant…

Je pense à la géniale improvisatrice et activiste Belina Raffy qui explique très justement comment, après avoir entendu le discours catastrophique d’Al Gore au sujet du climat, elle s’était plongée dans une frénésie de shopping : « puisque tout est foutu, autant en profiter au maximum pendant que c’est possible et brûler la chandelle par les deux bouts ». Et puis, allongée sur son lit, ensevelie sous les sacs de courses, le cerveau un peu calmé, Belina s’est dit que ce n’était pas vraiment la bonne réaction (Tiens ! Le retour de la raison). Elle décida alors de lancer le sustainable standup pour parler de l’avenir sans catastropher.

C’est ce qu’explique Bill McKibben, un autre spécialiste du climat, dans l’article de Courrier International : Ne pas céder au fatalisme sinon on ne fait plus rien. Le secret, c’est de lutter. La situation n’est désespérante que si l’on pense qu’on ne peut absolument rien faire. Ce ne sera pas la fin du monde, mais la vie dans un monde plus difficile et plus hostile.

Ce qui veut dire qu’on peut être pessimiste et positif.

Et, pour commencer, il faut accepter la situation. Jared Diamond, biologiste et géographe, auteur de « L’effondrement », cite ce qui constitue pour lui les deux facteurs-clés pour avancer :

  • admettre la réalité de la crise
  • accepter qu’on y a une responsabilité.

Accepter et faire avec ce qui est à notre disposition… oui, c’est de la Posture Positive.

On peut agir. J’ai, pour ma part, fait un certain nombre de choix concernant le lieu où j’habite, mes modes de déplacement ou mon alimentation. Des choix souvent simples mais difficiles (Ah! Abandonner ma voiture!).

Vous voulez des idées ? Il y en aura ce soir à l’événement Tribe à Lyon. Et sinon, il y a bien sûr Anciela

(Source de la photo : photomontage du titre de Courrier International 21-27 novembre 2019 )

#posturepositive #agirpourleclimat